Marien Fressinaud Le blog

Notes #6

Cet article fait partie d’une série. Retrouvez les autres articles dans « Journal ».

Le 09 mars 2020.

J’avance bien sur Flus. Genre vraiment bien. Il m’aura fallu 6 semaines pour passer d’un « mais je vais où ? je m’éparpille et je n’avance plus » à une vision d’ensemble précise. J’ai l’impression de répondre à beaucoup de problèmes existants dans la veille en ligne et ça va être chouette si j’arrive à faire ce que je veux. Il me reste à valider mes idées en les confrontant aux vécus variés des personnes pour faire marcher l’intelligence collective (ce qui a d’ailleurs déjà très bien fonctionné jusque-là).


L’article que j’ai publié hier (« La low-tech existe-t-elle dans le numérique ») m’aura pris plus de 6h à écrire. Je me rends compte que je prends beaucoup de plaisir à rédiger ce genre de billets ; par contre, qu’est-ce que ça bouffe comme temps ! Je ne me vois pas mettre la même énergie toutes les semaines.

Les retours sur les réseaux sociaux ont été très gratifiants. Ça me fait réfléchir à comment intégrer un système de gratification au sein de Flus… et s’il devrait y avoir un tel système.


Même si je me couche bien plus tôt qu’il y a quelques années, ça ne fait que quelques jours que j’essaye de m’imposer des horaires fixes (arrêt du PC 21h30, couché 22h30, debout 7h). Je ne sais pas si c’est l’effet du changement qui fait ça, mais je me réveille généralement à 6h30, ce qui me donne l’impression de faire une grasse matinée. Je me lève ensuite sans soucis et en pleine forme, par contre je ressens un coup de barre en début d’après-midi.

Ces horaires s’inscrivent dans une démarche pour essayer d’améliorer mon cadre de vie (et donc in fine ma santé). Mon appartement n’a jamais été aussi bien rangé et propre. Prendre soin de soi, c’est aussi prendre soin de son environnement.


Pour la rédaction de mes « Notes », j’essaye de me fixer une heure de publication, l’idée étant de ne pas non plus y passer des plombes.

Ça ne marche pas 😬


Pas de « Notes » la semaine dernière : ce n’est pas que je n’avais pas envie, mais ça m’a permis de me rappeler que le rythme hebdomadaire n’est pas une règle. J’ai eu l’impression d’avoir plus de plaisir aujourd’hui à me lancer dans l’exercice que la fois d’avant.

Cet article fait partie de la série « Journal ».

Retourner au blog