Marien Fressinaud Le blog

Concevoir les logiciels de demain

Cet article fait partie d’une série. Retrouvez les autres articles dans « Libres ? ».

Le 16 avril 2019.

J’ai donné le dimanche 7 avril dernier une conférence à l’occasion des Journées du Logiciel Libre (JdLL). L’article qui suit correspond à la transcription de ce que j’y ai raconté. Je me proposais de poser des réflexions autour de la conception des logiciels de « demain », en intégrant à la fois des considérations environementales et d’impact utilisateurice. Loin d’être exhaustive, cette présentation était surtout l’occasion de jeter quelques pistes à défricher ensuite ensemble. Le format lui-même tentait de faire intervenir les personnes venues m’écouter. Sur ce point j’ai été particulièrement satisfait que les conversations se déroulent de manière aussi fluide, sans accaparement de la parole ; vraiment merci aux personnes qui étaient là ! J’ignore si elles sont reparties avec ce qu’elles étaient venues chercher, c’était finalement assez éloigné de ce que j’avais en tête au moment de proposer le sujet. J’ai en tout cas pris plaisir à donner cette conférence (même pas stressé !) Pour bien faire, il faudrait maintenant que je creuse chaque sujet dans des articles spécifiques, il y a de quoi faire.

La transcription est plus complète que ce que j’ai raconté à l’oral vu que j’ai nécessairement oublié de dire des choses. Je l’ai aussi annotée pour redonner du contexte lorsque nécessaire. Les quelques diapos sont accessibles en suivant ce lien.


Introduction

Je vais commencer par vous poser une question : qui ici s’est déjà posé la question d’adopter un mode de vie numérique plus en accord avec la planète ?

Note : tout le monde ou presque a levé la main alors que la salle était pleine. Très content de cette réponse même si du coup ça a augmenté mon syndrome de l’imposteur. Ça a toutefois bien aidé à alimenter les discussions qui ont suivi.

Si je vous pose la question, c’est parce qu’en préparant cette conférence, je me suis rendu compte que je n’arriverais jamais à aborder tous les sujets qui pourraient l’être. Je risque de perdre des gens, et je risque surtout de ne pas répondre aux attentes de celleux qui se sont posées plus de questions que moi. Alors j’aimerais faire de cette conférence un espace participatif en tentant un format un peu particulier. Je vais introduire les deux parties de notre conférence pendant 10 à 15 minutes chacune, et à la fin de chaque partie, je vous poserai une question pour ouvrir le sujet. Le but étant de venir compléter ce que j’aurais dit, ou de débattre selon les envies. Ce que je vais raconter paraîtra sûrement incomplet aux yeux de certaines personnes, mon but n’est pas forcément de rentrer dans le détail mais de défricher un certain nombre de sujets… en les survolant donc.

Mon objectif est que vous repartiez avec trois éléments. Le premier, c’est que vous vous posiez la question de savoir si votre vie numérique est en accord avec vos convictions. Le deuxième, ce sont des idées, des outils pour concevoir plus simple, plus orienté « bien-être » utilisateurices. Enfin, je voudrais tracer quelques sillons de sujets que vous auriez envie de creuser, d’approfondir en sortant de cette salle.

Je vous mets un pad à disposition pour retrouver la transcription de ce que je vais raconter ainsi que les diapos. Mais je vous encourage, si vous prenez des notes, à le faire de manière collaborative sur ce pad. Si vous avez des questions, des retours à faire sur le fond comme sur la forme, allez-y. Si vous voulez partager des liens, des ressources ou si vous voulez échanger des coordonnées pour discuter de tout ça entre vous plus tard, faites-vous plaisir !

Note : personne n’avait son PC sur les genoux du coup l’idée du pad collaboratif est tombée à l’eau. Pas très grave, les gens étaient d’autant plus à l’écoute.

Moi, super-héros et développeur de sites statiques

Pour commencer, je vais vous parler de moi. Et donc aussi un peu de vous, je l’espère.

L’autre jour en trainant sur Twitter, je suis tombé sur une photo montrant un ours sur la banquise, rachétique et visiblement mal en point. Le commentaire sous la photo laissait entendre que son état était dû au réchauffement de la planète. Du coup, ni une ni deux, un sentiment de révolte m’envahit ! « Comment peut-on laisser faire ça ? » Mais l’ours n’est pas la seule raison de cette colère : chaque tweet, chaque article traitant d’inégalité, de racisme ou d’effondrement vient alimenter ce sentiment d’injustice, et par la même occasion, cette envie de vouloir tout résoudre. Ce syndrome, c’est celui du super-héros, celui qui est capable de tout remettre dans l’ordre. Nous avons tous envie d’être un super-héros pour résoudre les problèmes dans le monde. Mais notre kryptonite à nous, ce n’est pas un caillou radioactif, c’est les photos de chats « vraiment-trop-mignons ». Invariablement après une telle photo, notre colère s’estompe.

Heureusement, il y a celleux qui font. Celleux qui font pipi sous la douche pour économiser l’eau de la planète. Celleux qui éteignent la télé avant de se coucher pour sauver la banquise de ce pauvre ours famélique. Et il y a celleux qui développent des sites statiques pour réduire leur impact carbone. Alors oui, ça vous fait peut-être rire : « C’est pas comme ça qu’ils vont sauver le monde, hé ! » Mais en attendant, est-ce qu’ils et elles ne font déjà pas un peu plus que vous, en colère derrière votre écran ?

Évidemment, je vous présente des situations caricaturales, on est toutes et tous un peu des deux à la fois, et il est hors de question de confronter celleux qui font à celleux qui se révolent. Nous ne sommes pas toutes et tous égaux face à l’action politique (au sens large du terme), notamment à cause de nos inégalités face au temps, aux ressources ou à notre position sociale. Je propose que nous restions tous humble vis-à-vis de ce que l’on peut entreprendre et d’accepter que nous avons tous une part d’incohérence que nous travaillons chacun·e à notre rythme. Je suis convaincu par ailleurs (c’est donc subjectif) que ce sont nos actions individuelles (bien que parfois un peu ridicules) qui nous font avancer sur le chemin d’une action plus collective et plus efficace. C’est parce que j’ai rejoint une AMAP un jour que j’ai eu l’idée de faire une conférence participative et que demain je m’associerai peut-être à un collectif pour faire avancer les causes qui m’importent, en espérant peut-être un effet boule de neige.

Mais revenons-en à notre sujet : j’ai moi-même développé un générateur de sites statiques avec dans l’idée de faire « mieux ». Évidemment, je sens bien que c’est totalement insuffisant, mon site personnel notamment a une toute petite visibilité, quel impact pourrait-il bien avoir sur la planète ? Alors si mon site statique est insuffisant, qu’est-ce que je fais ? J’ai essayé de formaliser un peu les problèmes que le numérique me pose.

Partons de ce schéma représentant la répartition de notre empreinte carbone. On y voit notamment que notre usage du numérique possède un impact aussi important que celui de notre consommation de viande et de poisson et on peut parier sur une augmentation au moins à court terme.

schéma montrant que l’empreinte carbone des Français concernant nos achats et usage du numérique est de 1180 Kg eq CO2/an tandis que notre consommation de viande et de poisson est de
1144.

Cet empreinte est notamment due à notre façon d’acheter compulsivement du matériel et d’en changer sans réel besoin : on change de téléphone en moyenne tous les 2 ans et d’ordinateur tous les 3 à 4 ans ! Mais je laisse ce sujet à d’autres, je veux me concentrer sur le sujet du développement logiciel aujourd’hui.

Lorsqu’on cherche comment est réparti cet impact numérique, c’est la consommation de vidéos qui ressort principalement. Ainsi, selon le Shift Project, « Le visionnage d’une vidéo en ligne de dix minutes disponible dans le “Cloud” induit par exemple une consommation électrique équivalente à la consommation propre d’un smartphone sur dix jours ». Vous penserez à moi la prochaine fois que vous regarderez une vidéo de « chatons-trop-mignons » en haute définition sur Youtube !

On pourra donc commencer à nous questionner sur nos usages un par un, en commençant peut-être par regarder moins de vidéos et en qualité plus basse, le but étant à terme d’avoir un usage plus respectueux de la planète. Mais je me pose quand même une question : suis-je vraiment le fautif dans l’affaire ? Je veux dire, nous sommes tout de même des millions d’utilisateurs et utilisatrices à partager une consommation irraisonnée de vidéos en ligne et nous partagerions un même usage sans s’être jamais concerté·es ? Excusez-moi mais je flaire quand même quelque chose de louche dans l’affaire ! Est-ce que ce ne serait pas plutôt l’outil qui me pousse à l’usage ? Mais pourquoi ? Qui l’a conçu ? Dans quel but ?

Lorsque je me rends sur Youtube, c’est facile : c’est Google qui a conçu cette plateforme de divertissement. Mais moi, lorsque j’entends Google, j’ai un petit drapeau qui se lève dans la tête et qui me dit « attention, Google est l’une des plus grosses capitalisations boursières et génère la grande majorité de son chiffre d’affaire à partir de la pub ! » Et pour que la pub génère de l’argent, il faut des personnes pour la regarder. Idéalement beaucoup. Et qui reste longtemps. Est-ce que j’ai réellement consenti à regarder beaucoup de vidéos à la suite… ou est-ce Google qui m’a incité à le faire pour vendre du « temps de cerveau disponible » (comme dirait l’autre) et donc m’incite à rester sur sa plateforme ? Vous l’aurez compris, je touche du doigt un problème du capitalisme design de l’attention.

Donc non seulement il y a des usages, des logiciels qui ne respectent pas l’environnement, mais en plus ils ne respectent pas non plus leurs utilisateurices ! Est-ce qu’on ne pourrait pas y faire quelque chose ? Par exemple, si on commençait à virer cette colonne de suggestions de vidéos « qui pourraient nous intéresser » ainsi que l’enchainement automatique de vidéos ? Évidemment Youtube ne vous permet pas de le faire… mais est-ce qu’on aurait pas inventé une chose qui se nomme « le logiciel libre » ? Si je n’aime pas ce que fait telle ou telle plateforme de mon attention, alors je vais la modifier pour qu’elle me respecte, n’est-ce pas la promesse du logiciel libre ?

Nous sommes sauvé·es !

Vraiment ?

Prenons une plateforme de vidéos libre comme Peertube, et imaginons qu’il y ait au sein de Peertube un tel système de suggestions de vidéos ainsi que l’enchainement automatique de vidéos. Qui dans la salle se sent capable de modifier le code pour virer ces deux fonctionnalités ? Et en moins d’une heure (le temps que je considère comme raisonnable pour ne pas avoir l’impression de le perdre) ? Et bien je suis désolé de vous annoncer que toutes les personnes qui ont levé la main ne sont pas vraiment libre ! Ils ou elles sont dépendantes soit d’une personne externe, soit de temps et de ressources qu’elles devront dépenser de façon disproportionnée vis-à-vis du gain consenti. La liberté 1 du logiciel libre, celle qui implique que l’on peut modifier le code n’est finalement peut-être pas si bien respectée.

Note : quelques mains se sont levées dans la salle lorsque j’ai posé la première question, mais toutes se sont rabaissées lorsque j’ai précisé « en moins d’une heure ». J’ai bien conscience qu’il s’agit d’un temps arbitraire, mais j’avais à cœur de remettre en perspective le « temps disponible » que nous n’avons pas toutes et tous à disposition de manière égale.

J’ai donc posé lors de cette partie trois questions / problèmes qui se posent à moi aujourd’hui dans le numérique : mon usage du numérique respecte-t-il la planète ? Suis-je maître de mon attention lorsque j’utilise un logiciel ? Et suis-je capable de modifier ce logiciel pour qu’il respecte l’usage que je souhaite avoir de lui ?

Mais vous, quels problèmes vous pose le numérique aujourd’hui et aimeriez voir disparaître / résolu demain ?

Note : la discussion a eu tendance à dévier vers des solutions aux problèmes que j’ai soulevés. En cela le résultat de cette première question est mitigé, bien qu’il y ait eu des prises de parole vraiment pertinentes. N’ayant pas pris de notes, je ne serai pas capable de tout retranscrire ici cependant.

Cultivons notre jardin (ou une vision positive du numérique de demain)

Bien, maintenant que nous avons établi les problèmes que nous pose le numérique, on voit un peu mieux ce dont on ne veut pas… mais du coup, on veut quoi ?

Essayons pour cela de commencer par déterminer ce qui nous fait vibrer. Pour ma part, mon premier gros coup de cœur pour le numérique a été un jour d’hiver lorsque j’étais en troisième et que j’ai reçu mon premier PC à Noël. Lorsque j’ai réalisé que j’allais pouvoir avoir Internet directement dans ma chambre, je me suis tout de suite imaginé converser avec des personnes aux quatres coins du monde. C’est difficile de définir ce que j’ai ressenti mais je m’en souviens encore. Et c’était synonyme d’un numérique très positif.

Mais bon, à l’époque c’était compliqué l’informatique pour moi, on était encore en 56K avec le modem qui faisait du bruit dans le bureau de mes parents et j’étais persuadé qu’il fallait que j’installe le cédérom fourni par Orange pour que ça marche. Révélation : ça n’a jamais marché. Le temps est passé, Internet s’est fait omniprésent et me vendait de moins en moins de rêve ; une sorte de routine s’est installée.

Mais voilà qu’en 2017, avec les copains de Framasoft on lançait la campagne Contributopia. Je me souviens très bien du sentiment positif que j’ai eu lorsque Pouhiou et pyg nous ont présenté ce qu’ils avaient en tête. C’était le même sentiment que quelques années plus tôt, et ça dessinait un numérique tout aussi positif, voire plus.

Ce sont ces sentiments, ces imaginaires que j’aimerais qu’on arrive ensemble à reconstruire. Si on pouvait appuyer sur un bouton reset, il ressemblerait à quoi notre monde numérique ? Plutôt que de faire une liste détaillée qui prendrait des plombes à faire, je vais me contenter de parler de trois « zones » que j’aimerais rebatir si je devais repartir de zéro. Cette liste est donc très loin d’être exhaustive ! Notez que je vais mélanger alégrement numérique et Internet dans cette partie, c’est voulu.

Le premier point, c’est celui qui m’a fait vibrer au collège. C’est cette possibilité de pouvoir faire des voyages culturels, le cul vissé sur ma chaise et au prix d’une connexion Internet ; rencontrer son prochain sans contrainte de distance. Peut-être que ça ne fait pas rêver tout le monde, mais ça faisait rêver un garçon de 13 ans, donc pourquoi pas commencer par là ? Et de toute façon demain sera sans avion, autant commencer à changer notre façon de voyager.

Le deuxième sujet numérique qui me donne ce sentiment « wahou ! », c’est le partage des ressources et des connaissances. Vous connaissez peut-être ce petit site qui se nomme Wikipédia : il s’agit d’une encyclopédie en ligne alimentée uniquement par des bénévoles… je vous jure que ça marche ! Et tout le monde peut participer, donc même des sujets hyper spécifiques peuvent se retrouver être présentés en long et en large. Ce que j’aime, c’est ce pot commun, tout le monde contribue et tout le monde peut se servir sans léser personne. Il n’y a pas d’accaparement de la connaissance, c’est pour tout le monde.

Enfin, le troisième coin d’Internet que je trouve « beau », ce sont les zones d’information et d’entraide entre oppressé·es et personnes ayant besoin de se renseigner pour « améliorer » leur cadre de vie, pour s’organiser ou tout simplement pour discuter. L’anonymat notamment que permet Internet offre la possibilité de se dégager d’une certaine honte et de se sentir plus en confiance pour aborder certaines recherches et discussions. Les liens tissés entre les individus sur Internet sont généralement décrits comme « virtuels », mais je vous assure que ça ne l’est pas du tout. Ces liens numériques se prolongent d’ailleurs bien souvent dans la vie « réelle » (mais je préfère le terme « vie physique »).

Vous me rétorquerez alors : « ton Internet de demain il ressemble quand même vachement à celui d’aujourd’hui » et vous aurez sans doute raison. Sauf que dans celui d’aujourd’hui, ce ne sont pas ces aspects-là qui dominent. J’aimerais que les logiques de communautés prennent le pas sur les logiques individuelles en quelque sorte. Et l’élagage des usages que j’ai effectué permet de rendre le numérique plus soutenable. Mais un réseau d’entraide basé sur des vidéos en très haute qualité n’est pas forcément beaucoup plus soutenable, il faut bien évidemment se poser aussi la question de la conception en plus de celle des usages.

Alors comment on conçoit pour demain ? Quel est le secret si bien gardé de cette conférence ?

Je vous propose de partir sur une idée que j’applique de temps en temps lorsque je veux progresser dans ma pratique d’un sujet : je me pose des contraintes fortes. Ces contraintes ne sont pas des axiomes de conception qu’il faudrait appliquer coûte que coûte, mais des exercices qui doivent vous pousser à vous questionner sur des pratiques que vous auriez plus ou moins intégrées comme « normales ». Ces contraintes doivent répondre à un problème que vous cherchez à résoudre. Et ça tombe bien, on a identifié au moins trois problèmes dans la partie précédente !

Concernant l’impact environnemental tout d’abord, quel genre de contraintes peut-on imaginer ? Le poid des pages étant souvent pointé du doigt, commençons par là. Première contrainte : transformer un site ou une application pour que ses pages de fassent pas plus de 200Ko, images comprises ! Cette première contrainte devrait déjà soulever des questions : est-ce que mon fichier HTML est suffisamment simple ? Et mon fichier CSS ? Mais cette librairie JavaScript pèse déjà 200Ko, quelles implications si je dois m’en passer ? Combien d’images puis-je insérer ? Avec quelle qualité ? Et comment appliquer ça à un service de partage de photos ou de vidéos ? Quels choix de conception cela implique-t-il ? Peut-être que vous ne trouverez pas de réponse satisfaisante sans relacher légèrement la contrainte, mais ce n’est pas grave car vous aurez déjà commencé à vous poser la question et imaginer des solutions plus « simples ».

Sur l’attention de l’utilisateurice maintenant. Je rappelle que son but dans la vie n’est pas de passer son temps sur votre site ou application, il ou elle a bien d’autres chats à fouetter (mais ne faites pas ça chez vous, c’est de la maltraitance animale et c’est mal). Imaginons la contrainte suivante : au bout de 5 minutes passées (durant une journée) sur votre application, celle-ci se ferme automatiquement. Comment allez-vous la concevoir pour que l’utilisateurice fasse tout de même ce qu’elle est censée faire ? Cela pose la question de ce que doit faire votre application car il vous faut maintenant définir quelles fonctionnalités sont maintenant essentielles. Par exemple, comment appliquer cette contrainte à un réseau social ? Quels choix allez-vous faire pour que la personne qui se rend sur Twitter ou Mastodon puisse toujours lire ce qu’il ou elle l’intéresse ? Et au fait, à quoi ça doit servir un réseau social ? Faire de la veille ? se détendre ? créer des liens ? organiser des communautés ? tout à la fois ?

Enfin, concernant la maintenabilité des logiciels, comment favoriseriez-vous la possibilité pour un néophyte de rentrer dans votre code ? Exemple de contrainte : votre programme doit faire moins de 500 lignes de code. Là encore peut-être qu’il va devenir compliqué de recréer quelque chose comme un réseau social ou une plateforme de partage de vidéos, mais posez-vous les questions que cela engendre. Que doit faire mon programme ? Comment j’organise mon code ? Vous réaliserez sans doute qu’on ne peut pas faire l’impasse sur une « éducation au code » et tant mieux. Maintenant : quelles sont les actions que vous prendrez pour qu’un minimum d’éducation soit nécessaire pour au moins comprendre l’architecture de votre logiciel ? Et on voit que des tas de questions peuvent découler d’une bête question (celle de rendre votre code accessible au plus grand nombre).

On peut évidemment imaginer des tas d’autres contraintes comme limiter le temps de chargement de votre site ou application à moins de 0,5 seconde, limiter le nombre d’écrans à 2, développer une application sans aucune dépendance autres que celle du langage et de sa librairie standard ou encore limiter l’accès au réseau au strict minimum. Vous pouvez aussi les mixer, les modifier, etc. Ces contraintes vont sans doute vous paraître contre-productives par moment, voire totalement opposées à leur objectif et c’est pour ça que j’insiste sur le fait qu’il ne s’agit que de guides de conception. Le risque étant d’appliquer aveuglément ces contraintes en perdant de vue votre objectif initial.

En appliquant ces différentes contraintes, j’ai bon espoir que vos logiciels deviennent plus simples, plus respectueux d’un environnement mal en point et d’utilisateurices souvent malmené·es. In fine, ce sont vos logiciels qui deviendront plus libres. Pour rappel, ce n’est pas vraiment le logiciel qui doit être libre (lui il s’en fout, vous pouvez lui demander mais il y a peu de chances qu’il réponde), c’est son utilisateur ou utilisatrice. Alors la prochaine fois que vous concevrez un logiciel, merci de penser à sa liberté à ellui.

Et vous, quels usages vous semble prendre tout leur sens dans le numérique ? Qu’est-ce qui vous fait vibrer là-dedans ? Et comment le concevriez-vous ?

Conclusion

J’ai évoqué à un moment donné que je faisais parti de l’association Framasoft. Bien que les questions posées lors de cette conférence et les esquisses d’un monde numérique plus sobre fassent parties des réflexions qu’on mène dans l’asso et plus spécifiquement dans le cadre de notre campage Contributopia, je voulais souligner le fait que le sujet ne nous appartient pas. À partir du moment où vous vous sentez concerné·e, alors vous êtes légitime pour traiter le sujet et probablement tout aussi pertinent·e que nous. Je voulais faire ce petit aparte car il semble y avoir de plus en plus d’attentes envers l’association pour porter ces réflexions. Cette confiance nous fait certes plaisir, mais notre monde à nous (celui de demain) est émancipé et ne repose pas sur un groupe de quelques copain·ines. Alors n’hésitez surtout pas à cogiter sur tout ça dans votre coin et à lancer ensuite d’autres structures collectives pour imaginer d’autres imaginaires. C’est en les multipliant qu’on avancera !

Cet article fait partie de la série « Libres ? ».

Retourner au blog