Marien Fressinaud Le blog

Sortie de Boop! 0.4 à l’arrache

Cet article fait partie d’une série. Retrouvez les autres articles dans « Le Boop! blog ».

Le 16 novembre 2019.

Je me rends compte ce soir que cela fait un an que j’ai commencé mon générateur de sites statiques, Boop!. Comme je n’ai pas sorti de version depuis un petit moment, je fais donc ça maintenant, au pied levé.

Pour les personnes qui débarquent, il s’agit d’un projet totalement personnel, sans ambition aucune : je fais ça pour m’amuser.

Pour les personnes qui se posent la question : oui je continue de l’utiliser, et même de plus en plus. C’est notamment Boop! qui est utilisé pour mon blog « carnet de flus » ainsi que pour le site indiquant le statut de Flus. À chaque fois, cela m’a permis d’améliorer un peu plus le programme. Petit tour d’horizon des nouveautés.

Le truc qui aurait dû être dans la dernière version – je sais pas pourquoi je n’ai pas sorti une autre version d’ailleurs à l’époque – ce sont plus de variables accessibles dans les templates. J’avais notamment besoin d’afficher les séries sur la page du blog.

Tant qu’on est dans les templates, j’ai ajouté un nouveau mot clé (set) permettant d’assigner des variables. 6 lignes de codes en plus, c’est pas cher payé pour la prise de tête que je me suis ainsi évité.

J’ai également ajouté le support des articles privés (qui n’apparaissent ni dans les flux Atom, ni sur la page principale du blog). C’était fait en 5 lignes, je vois pas pourquoi je me serais privé (*ba-dum tss* 🥁).

Ensuite, la possibilité de modifier le « slug » de la page principale du blog permet notamment d’en faire une page d’accueil, comme sur « carnet de flus ». Cette fois-ci j’ai étonnamment enlevé plus de lignes de code que j’en ai ajoutées, ça fait plaisir.

J’ai activé l’extension Markdown qui permet d’ajouter la coloration syntaxique) dans les articles. J’en avais particulièrement besoin pour ma série « Ergogames, une histoire de pizzas ». Ça aurait été illisible sans ça.

Un truc qui m’aura pris un peu plus de temps (2h pour 50 lignes de code) mais me permet de rester serein, c’est l’ajout d’un système de cache pour les articles. Le site est désormais généré en 0,3 seconde au lieu de 2 secondes avant. 2s ça peut paraître peu, mais c’est énorme lorsque je relis un article et que je le régénère plusieurs fois par minute.

J’ajoute à cela des micro-trucs, comme :

Je parle de « micro-trucs » mais ce n’est vraiment pas des détails pour moi : c’est ce qui fait que je trouve mon expérience utilisateur bien au-dessus de celles que j’ai pu avoir avec d’autres générateurs de sites statiques. Par contre je parle bien de « mon » expérience : c’est totalement pensé par et pour moi. Déjà il va falloir que j’améliore grandement la documentation pour en faire un truc plus accessible à d’autres.

Tout ça pour dire que Boop! 0.4 est sortie, youpi ! 🎉

Cet article fait partie de la série « Le Boop! blog ».

Retourner au blog