Marien Fressinaud / blog RSS

Le 04 octobre 2021

Ordiphone

Je discutais hier avec un copain de nos usages respectifs de nos téléphones dits intelligents. La discussion m’a permis de mieux mesurer le parcours que j’ai réalisé ces dernières années. De fait, j’ai totalement réussi à redonner à mon téléphone la place qui lui incombe : un simple outil à mon service. Je me disais que c’était l’occasion de partager quelques trucs et astuces que j’ai mises en place.

Désinstaller

La principale action que j’ai réalisée a aussi été la plus compliquée et la plus longue : désinstaller un maximum d’applications. Ce fut compliqué car, pour chaque appli, on mesure facilement ce qu’elle nous apporte ; plus difficilement ce qu’elle nous impose. Surtout, on s’imagine difficilement vivre sans — on avait sûrement une bonne raison de l’installer en premier lieu ! De mémoire, voici les principales applications qui m’ont posé souci :

Plutôt que de peser de manière rationnelle le pour et le contre de garder ou non chaque application, je crois les avoir toutes désinstallées sur un coup de tête (« je teste quelques jours, je vois ce qu’il se passe »). Le plus compliqué a été de se convaincre que je n’avais pas besoin de mes courriels sur le téléphone. Je pense que ça fait au moins 2 ans que j’ai désinstallé K9 Mail et je ne regrette absolument pas 🙂. Pour passer à l’action, je me suis imposé quelques contraintes.

Se contraindre

La première contrainte que je me suis imposée a été de limiter à deux les bureaux virtuels de l’écran d’accueil : un pour les applis, un autre pour mon agenda. J’ai fini par rendre cette contrainte encore plus stricte : un seul écran afin d’afficher mon agenda. Les applications visibles sont dans le deck permanent et sont limitées à 4 en plus de l’icône pour ouvrir la liste des applications. Mes applications visibles sont les suivantes :

La seconde contrainte est très similaire : un seul écran pour lister mes applications. Aujourd’hui, cet écran contient 24 applications. Je ne vous les liste pas toutes mais, pour les plus utiles, on retrouve les applications listées précédemment ainsi qu’un explorateur de fichiers, la galerie photo, un lecteur de musiques, l’appli de contacts, etc.

Ma dernière contrainte forte a été de limiter au maximum les applications autorisées à générer des notifications. Cette contrainte est très facile à s’imposer une fois qu’on a réduit la liste des applications, mais reste à mon avis importante à garder en tête. En l’occurrence, les seules applications qui me notifient sont les SMS, le téléphone et l’agenda.

Accepter l’inconfort

À cette étape, vous vous dites que c’est n’importe quoi, que je dois aimer me faire mal — et alors ? —, que vous vous seriez incapable de limiter autant vos usages. Mais attendez, j’en rajoute :

Je ne vais pas non plus affirmer que tout est parfait : oui je rate parfois des infos qui passent par Signal, oui Google Maps aurait pu me dépanner plus d’une fois, oui ça va sans doute devenir de plus en plus pénible au fur et à mesure qu’on nous impose l’usage des smartphones (coucou les banques 👋). Mais, honnêtement ? je suis tellement plus serein vis-à-vis de mon téléphone depuis ces dernières années que je n’ai absolument aucune envie de revenir sur mes choix.

Un ordiphone ?

Finalement, la question qui reste en suspens est celle de savoir si j’ai toujours besoin d’un téléphone intelligent dans la poche ? Je pense que je pourrais effectivement m’en passer. Les seules choses dont j’ai l’impression d’avoir vraiment besoin sont le téléphone et les SMS. J’aurais du mal à me passer du réveil, de l’agenda, voire du lecteur de musiques, mais je suis sûr de trouver des moyens de contourner si cela venait à m’être imposé.

Plusieurs points positifs à tout ça :

Mon prochain objectif : avoir une démarche similaire avec le PC qui me pose d’énormes problèmes de distractions. J’ai bien peur que ce soit plus compliqué !

Revenir au blog