Méthodes de travail Site

Administratif

Au début de ce système, j’ai décidé de consacrer 1 jour par semaine à de l’administratif. Ce jour est dédié à faire le point sur mes comptes, suivre ma consommation d’électricité et à mettre à jour mon document de suivi de cycles. Ces activités me prennent à tout casser 30 minutes auxquelles on peut ajouter un temps variable en fonction de si j’ai des papiers à trier, des mails auxquels répondre, etc. J’ai toutefois très vite réalisé qu’une journée complète était peut-être un peu trop. J’ai donc intégré dans cette journée la mise à jour de mes méthodes de travail pour me forcer à les faire vivre.

Budget

Ayant travaillé durant plusieurs années en tant que développeur, je n’ai pas eu à trop me soucier de mes dépenses car disposant d’un salaire bien supérieur à mes dépenses. Mon passage au chômage m’a forcé à être plus vigilant. Si le montant de mes allocations reste confortable, j’ai décidé de mieux surveiller mes dépenses. C’est une manière de ne pas dilapider mon argent dans n’importe quoi.

Je parle bien ici d’un budget personnel. Je suis donc un peu moins rigoureux que ce que je pourrais être pour un budget professionnel, notamment au niveau de la catégorisation.

Outils

Pour ce faire, je dispose de deux outils :

Il n’existe pas d’instance public de Kresus à ma connaissance donc il est soit nécessaire de l’héberger soi-même, soit de se faire héberger par une âme charitable, soit de se passer de Kresus (ce qui est sans aucun doute faisable, juste un peu plus pénible).

Concernant le tableur, vous pouvez télécharger mon fichier d’exemple (notez qu’il ne s’agit pas de véritables valeurs). Je conseille toutefois de vous créer le vôtre propre, ça facilite la prise en main.

Si je n’utilise pas Kresus pour gérer mon budget prévisionnel c’est qu’il ne permet pas d’avoir une vue à l’année et que les jauges utilisées pour visualiser l’avancement du budget ne me sont très claires à moins d’un effort mental pour comprendre leur signification. Aussi un tableur est bien plus flexible et me permet d’ajouter des informations supplémentaires.

Initialisation du tableur

Pour initialiser le fichier, j’ai procédé en plusieurs étapes :

  1. j’ai précisé les dépenses mensuelles de base que je connaissais (loyer, électricité, téléphone, etc.) ;
  2. j’ai estimé une moyenne mensuelle pour les dépenses variables (alimentation, déplacements, soirées, etc.) en me basant sur mes dépenses des mois précédents ;
  3. j’ai épluché mes dépenses pour retrouver les frais mensuels éparpillés (abonnements, assurances, serveurs / noms de domaine, chèques faits aux producteurs de mon AMAP) ;
  4. j’ai ensuite estimé les frais supplémentaires, souvent occasionnels, afin de compléter mes dépenses ;
  5. j’ai finalement calculé un montant que je peux mettre de côté tous les mois en prévision de futurs coups durs.

Bénéfices

Les bénéfices d’un tel tableur sont multiples :

Mise à jour

Le tableur n’a d’utilité que s’il colle à la réalité, pour cela il est nécessaire de le maintenir à jour le plus souvent possible. Pour cela, j’ai pour habitude de me réserver une journée complète par semaine dédiée exclusivement aux tâches administratives (en vérité, 10 minutes suffisent largement pour le budget).

Pour mettre le document à jour je procède là encore en plusieurs étapes :

  1. je récupère tous les tickets de caisse récoltés la semaine passée ;
  2. je vérifie que leur montant apparait bien dans Kresus et les catégorise ;
  3. je vérifie que les montants qui ne correspondent pas à des tickets de caisse sont « légitimes » ;
  4. j’ajoute les dépenses dans le tableur ;
  5. je vérifie que je reste dans les clous de mon budget prévisionnel et j’adapte mon comportement pour le reste du mois dans le cas contraire ;
  6. si je me rends compte que je vais passer dans le rouge, je me fais un virement personnel depuis mon livret d’épargne.

Par ailleurs je précise que je fonctionne différemment en fonction des revenus et des dépenses dont j’ai connaissance mais qui n’ont pas encore été débitées ou créditées. S’il s’agit d’une dépense, je l’ajoute au tableur car c’est une dépense prévue. S’il s’agit d’un revenu (à l’exception notable du salaire), comme un remboursement par exemple, je ne l’ajoute qu’une fois que l’opération apparaît sur mon compte car il existe un risque que cet argent n’arrive jamais ; cela évite de prévoir des choses sur du vent.

Retourner aux méthodes